Publié le Laisser un commentaire

Economie résidentielle versus économie productive

Livre_rp_des_territoires_ L’universitaire Laurent Davezies a publié un petit livre fort intéressant sur le développement économique. Intitulé « La République et ses territoires », ce livre explore les paradoxes actuels en matière d’économie territoriale. Pourquoi est-ce dans les régions les plus riches, les plus développées économiquement que la pauvreté augmente le plus, alors que les régions les moins productives voient leur bien-être social augmenter ?

Loin des idées reçues, la réponse à cette question passe pas  une distinction  fine de trois types d’économie (« productive », « résidentielle » et « sociale ») et une analyse approfondie de flux de richesses qu’elles drainent chacune sur les territoires.

L’économie « productive » ou « marchande » regroupe les revenus du travail et du capital des entreprises privées (notamment industrielles). Contrairement aux idées reçues, cette base économique  ne « pèse » que pour 20 % environ dans l’économie des zones d’emploi.

L’économie « résidentielle » regroupe les activités induites par les retraités et le tourisme. Une base économique largement sous-estimée dans les esprits et qui pourtant « pèse » en réalité pour plus de la moitié des richesses (55 %)  !

Enfin, l’économie « sociale » ou « publique » regroupe les richesses fournies par les salaires des fonctionnaires et par les transferts sociaux autres que retraites (chômage, minimas sociaux, allocations familiales, etc.). Cette base pèse, quant à elle, un quart (25 %) des richesses des zones d’emploi.

On comprend alors mieux pourquoi des zones peu industrialisées, à la fois touristiques et résidentielles comme l’Aquitaine, sont plus attractives pour les populations que des zones fortement industrialisées comme l’Ile-de-France.  Voilà de quoi remettre en question les politiques de développement économiques qui se focalisent uniquement sur l’économie privée et industrielle,  au dépens des emplois moins « nobles »  du tourisme ou des services à la personne.

Malheureusement, ce livre ne s’étend par sur le problème des types d’emplois proposés par cette économie résidentielle, souvent peu qualifiés, mal payés et précaires. Ce qui remet en cause l’attractivité de ces régions résidentielles pour les populations les plus jeunes et les plus qualifiées.

Laurent Davezies, « La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses », Seuil, coll° La République des Idées, 2008, 112 pages, 10,50 €.

http://www.editionsduseuil.fr/auteur/Laurent%20Davezies/12195

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.